Périphéries

Esthétique du flux

par Grégory Chatonsky  Du même auteur

On peut donner à cet événement une multitude de noms : bogue, accident, accroc, accrochage, contingence, contrariété, contretemps, crise, désagrément, difficulté, imprévu, obstacle, occurrence, etc. Désignons cette occurrence par la notion d’incident et remarquons combien nous l’occultons en espérant que la technique, puisque c’est le mot utilisé, sera à même de réduire dans un futur qu’on espère proche les déraillements de la mémoire numérique. « Le paradoxe, c’est que plus nous élaborons des procédés et des technologies qui nous permettent de gagner du temps et d’économiser du travail, plus nous avons l’impression d’être débordés et d’avoir moins de temps à nous que toutes les générations qui nous ont précédés sur cette planète. La prolifération de toutes ces techniques censées nous faire gagner du temps ne fait que stimuler la diversité, le rythme et le flux des activités marchandes qui nous encercle de toutes parts[8]. » Voyons combien deux flux s’opposent là, un premier flux que nous voulons retrouver, flux de l’écriture, de la conscience qui tente de s’écrire, et l’autre flux, flux des arrêts, des suspens et des événements. Plongeons dans ce dernier flux, puisqu’en général on ne perçoit qu’une pauvreté[9] d’expérience. Plongeons dans cet énervement subtil quand quelque chose s’oublie.

Il n’est pas nécessaire de revenir sur la façon dont Heidegger et ses successeurs ont tiré parti de cet événement comme angoisse et dévoilement du réseau instrumental[10], conflit entre la terre et le monde. L’incident n’est pas un phénomène qu’il serait possible de réduire par l’idéalité du perfectionnement technique, un jour à venir il n’y aura plus de panne, messianisme intenable parce qu’il hante notre civilisation, parce qu’il nous arrive effectivement, parce que plus il y a de technique, plus ça déraille et que ces suspens font bel et bien partie de notre expérience concrète des techniques. « L’outil est endommagé, le matériau inapproprié, etc. En frappant ainsi l’attention (Auffälligkeit), l’ustensile à-portée-de-main se donne comme n’étant plus tout à fait à-portée-de-main mais déjà devant-la-main, glisse d’un mode de présence à l’autre. L’être devant-la-main commence à apparaître quand l’être à-portée-de-main commence à disparaître et inversement […] Un seul ustensile manque et tout devient inutile […] Obstruction (Aufsässigkeit)[11]. » En suspendant temporairement le flux d’une activité instrumentale, l’incident révèle cette activité comme flux et son entrelacement avec d’autres flux, par exemple un flux machinique qui code une interface d’entrée, le clavier, et le décode en interface de sortie, l’écran. Un flux n’est jamais seul.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15