Corpus

La démocratisation des savoirs

par Mireille Delmas-Marty  Du même auteur

      Françoise Massit-Folléa  Du même auteur

Beaucoup de travail est encore nécessaire pour « se garder des écueils du faux universalisme et du relativisme, tous deux sources d’incompréhension et de conflit » et faire des sociétés du savoir « des sociétés de la traduction »[39]. On voit que l’ambition d’une démocratisation des savoirs peut sembler démesurée, ou même utopique, vu la violence des conflits et l’intensité des blocages. Il est sans doute trop tôt pour parler d’un nouveau pacte social. Il s’agit plutôt des premières notes d’une trilogie où savoir, vouloir et pouvoir entreraient en résonance. Une résonance qui n’exclut pas les dissonances.



Notes

(*) Extrait de la leçon prononcée le 22 mai 2006 au Collège de France (Chaire « Études juridiques comparatives et internationalisation du droit »), à paraître in Les Forces imaginantes du droit, III – La refondation des pouvoirs, Seuil, 2007.
(1) Sous réserve de conditions de nationalité.
(2) J. de Rosnay, La Révolte du pronetariat, Des mass médias aux médias de masse, Fayard/Transversale, 2006.
(3) D. Lecourt, « L’Idée de partage », in Éthique de la recherche et des soins dans les pays en développement, dir. F. et E. Hirsch, Vuibert, 2005, p.1. La même ambivalence se retrouve dans l’étymologie du mot « réseau » – du latin res, retis, filet – qui retient et laisse passer.
(4) Déclaration de l’Unesco en 2001, puis Convention «sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles », 20 octobre 2005.
(5) Vers les sociétés du savoir, Rapport mondial Unesco, nov. 2005.
(6) L. Neyret, Atteintes au vivant et responsabilité civile, LGDJ, 2006, n°794-796.
(7) J. M. Jancovici, « Évolution du climat futur et enjeux pour la société : comment débattre sur des bases saines ? », in L’Homme face au climat, dir. E. Bard, éd. Odile Jacob, 2006, p.431.
(8) Ch. Noiville, Du bon gouvernement des risques, PUF, 2003, p.102.
(9) D. Bourg et D. Boy, Conférences de citoyens mode d’emploi, éd. Ch. L. Mayer, 2005.
(10) M.-A. Hermitte, « La fondation juridique d’une société des sciences et des techniques par les crises et les risques », à paraître aux Mélanges Michel Prieur, Dalloz éditeur, 2007.
(11) La Révolte du pronetariat, op. cit., p.203.
(12) « Les flux d’informations » in Les Forces imaginantes du droit – Le Relatif et l’Universel, Seuil, 2004, p.331-351.
(13) P. Trudel, « La lex electronica », La Mondialisation saisie par le droit, dir. Ch. A. Morand, Bruylant, 2001.
(14) Conseil d’État, Internet et les réseaux numériques, La documentation française, 1998.
(15) Ch. Paul, Rapport vol. II. « Pour favoriser la régulation sur Internet : un organisme de type nouveau », p.99 sq. ; I. Falque-Pierrotin, « Le forum des droits sut Internet : un instrument de gouvernance », in Le Droit international de l’Internet, dir. G. Chatillon, Bruylant, 2002, p.285 sq. ; Le Forum des droits sur l’Internet : premier rapport d’activité, La documentation française, 2003.
(16) World Summit on the information Society, WSIS.
(17) D. Wolton, « De la société de l’information à la cohabitation culturelle », Libération, 8 déc. 2003.
(18) Parminder Jeet Singh et Anita Gurumurthy, WSIS – The beginning of a Global Information Society Discourse, doc. Instituto del Tercer mundo, déc. 2005 (http://wsispapers.choike.org).
(19) Vox Internet, Lettre de diffusion n°1, 14 février 2006.
(20) La Révolte du pronetariat, op. cit., p.95.
(21) Ibidem, p.117.
(22) Ibidem, p.124.
(23) Ph. Aigrain, Cause commune. L’Information entre bien commun et propriété, Transversales/Fayard, 2005.
(24) Voir « Du patrimoine commun de l’humanité aux biens publics mondiaux », in Le Relatif et l’Universel, op. cit., p.92-96.
(25) Ph. Aigrain, Cause commune, L’Information entre bien commun et propriété, op. cit., p.100.
(26) ADPIC art. 27-2, directive UE 1998, art. 6, CPI art. L 611-17.
(27) Art. 5-1 directive UE et art. L 611-18 CPI.
(28) Ph. Aigrain, op. cit., p.261.
(29) Voir le tableau « choix de la nature des droits » établi par Philippe Aigrain, op. cit., p.154.
(30) Unesco, Vers les sociétés du savoir, Premier rapport mondial, nov. 2005.
(31) Pouvoir, Savoir. Le développement face aux biens communs de l’information et à la propriété intellectuelle, dir. V. Peugeot, éd. C § F, 2005.
(32) R. Delmas, « Langues et cultures de l’Internet », in Gouvernance de l’Internet, op. cit., p.15 sq.
(33) J. de Rosnay, op. cit., p.197-198.
(34) J.-N. Jeanneney, Quand Google défie l’Europe, plaidoyer pour un sursaut, éd. Mille et une nuits, 2005.
(35) F. Ost, « Les détours de Babel. La traduction comme paradigme politique », inédit ; aussi P. Fabri, Elogio di Babele, Meltemi, 2000.
(36) Ricœur, Le juste 2, éd. Esprit, 2001, p.135.
(37) P. Ricœur, « Projet universel et multiplicité des héritages », Où vont les valeurs ? Unesco/Albin Michel, 2004.
(38) Voir La Chine et sa démocratie, dir. M. Delmas-Marty et P.-E. Will, Fayard, à paraître en 2007.
(39) Rapport Unesco, p.165.

Plan de l’article
  • Accès aux savoirs : gouvernants et gouvernés
  • Partage des savoirs : savants et sachants
  • Du croisement des savoirs au dialogue des cultures

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12