Corpus

Matérialismes métalliques

par Jane Bennett  Du même auteur

Le matérialisme vitaliste de Deleuze et Guattari est aussi influencé par la tradition vitaliste. Les vitalistes ont insisté sur la présence d’une certaine force vitale, d’une certaine énergie, d’un agir libre dont l’activité est trop imprévisible et spontanée pour être capturée par les modèles mécanistes de la nature. Mais pour les vitalistes comme Bergson ou Hans Driesch, la matière semblait avoir besoin d’un supplément « pas tout à fait matériel », d’un élan vital ou d’une entéléchie pour devenir animée et mobile, alors que pour Deleuze et Guattari il est clair que la matière n’a besoin d’aucun accessoire pour être animée. Elle est pensée comme étant elle-même « le principe actif ».



Notes

(1) Eschyle, Prométhée enchaîné, traduction, notices et notes par Emile Chambry, Garnier-Flammarion, p.102.
(2) Deleuze et Guattari, Mille plateaux, Minuit, Paris, 1980, p.510-511.
(3) Op. cit., p.513.
(4) Op. cit., p.507.
(5) Ibid.
(6) Op. cit., p.512.
(7) Alan Latham et Derek P. McCormack, « Moving cities : rethinking the materialities of urban geographies », Progress in Human Geography 28, 6 (2004), p.701. L’expression de Massumi est dans Latham et McCormack, p.705.
(8) Foucault, « Theatrum Philosophicum », in Dits et écrits II, Gallimard, Paris, 1994, p.78.
(9) Ben Anderson, « Time-stilled space-slowed : how boredom matters », Geoforum 35 (2004), p.739-754.
(10) Cyril S. Smith, « The Texture of Matter as Viewed by Artisan, Philosopher and Scientist in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », in Atoms, Blacksmiths, and Crystals : Practical and Theoretical Views of the Structure of Matter in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, intervention lue au Clark Library Seminar, le 26 novembre 1966, par Cyril S. Smith et John G. Burke, William Andrews Clark Memorial Library, University of California, Los Angeles, 1967, p.8-9, note.
(11) Cyril S. Smith, A History of Metallography, University of Chicago Press, Chicago, 1960, p.134.
(12) Op. cit., p.101.
(13) Op. cit., p.244.
(14) Manuel De Landa, « Uniformity and Variability : An Essay in the Philosophy of Matter », discours prononcé à « The Doors of Perception 3 Conference » http:// www. vanriet. com/ doors/ doors3/ transcripts/ Delanda. html
(15) Mille plateaux, op. cit., p.508.
(16) Martin Heidegger, « L’époque des conceptions du monde » dans Chemins qui mènent nulle part, Paris, Gallimard, 1986, p.124.
(17) Cyril S. Smith, « The Texture of Matter as Viewed by Artisan, Philosopher and Scientist in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », op. cit., p.3.
(18) Op. cit., p.4.
(19) Bergson, L’Évolution créatrice, PUF, Paris, p.73.
(20) Lucrèce, De Rerum Natura, II, 216.
(21) Friedrich Nietzsche, La Volonté de puissance, 1067, Gallimard, Paris, 1995.
(22) Op. cit., 552.
(23) Op. cit., 551, 569.
(24) Bruno Latour définit l’actant comme quelque chose qui agit ou à qui l’agir est attribué par d’autres. Cette notion n’implique aucune motivation de la part d’un acteur humain individuel, ni des êtres humains en général. Bruno Latour, « On actor-network theory » : a few clarifications, http:// www. nettime. org/ Lists-Archives/ nettime-l-9801/ msg00019. html. Cf. aussi Bruno Latour, Politiques de la nature, La Découverte, 2004.

Plan de l’article
  • La matière en mouvement
  • La mobilité des intensités
  • Le métal d’Héphaïstos
  • Les agrégats de taille moyenne
  • Actions impersonnelles

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9