Corpus

Marges de la philosophie analytique

par Enrico Terrone  Du même auteur

La philosophie analytique contemporaine confirme donc l’actualité des thèses clés de la déconstruction : le sens qu’on exprime dépend essentiellement du contexte où on l’exprime (cf. Staten 1984), et les mots eux-mêmes qu’on utilise doivent leur existence à des chaînes historiques, aussi bien que les objets sociaux et culturels, et que même les objets mathématiques (cf. Introduction à L’Origine de la géométrie de Edmund Husserl). C’est pour ça que tous ces objets peuvent être déconstruits.

Pourtant les notions de contexte et de chaîne historique, qui sont au cœur de la déconstruction, ne peuvent pas être déconstruites à leur tour. Ces notions semblent présupposer une structure spatio-temporelle unifiée (cf. La différance) qui supporte une expérience perceptive par laquelle des sujets particuliers saisissent des objets particuliers (cf. Le toucher). Cette structure et cette expérience paraissent valider la possibilité d’un « Nouveau Réalisme » que Ferraris (2014) caractérise comme la recherche des couches de réalité qui résistent à la déconstruction. C’est encore une autre manière avec laquelle la pensée de Derrida continue à faire question.

Pages : 1 2 3