Corpus

Application et développement du concept des « Lumières » occidentales dans l’histoire de la philosophie chinoise moderne à partir des études de Hou Wailu et Xiao Shafu sur la philosophie des dynasties Ming et Qing

par Genyou Wu  Du même auteur

Le concept des « Lumières » occidentales a très profondément marqué la société chinoise moderne. Depuis 1978, avec l’ouverture de la Chine au monde extérieur, mais aussi avec la réforme et le développement économique, le mouvement des « néo-Lumières » a fait son apparition dans le milieu intellectuel. À la fin des années quatre-vingt-dix, avec le développement rapide de la culture traditionnelle, et surtout avec la redécouverte des valeurs de la culture confucéenne, la pensée des Lumières s’est progressivement diluée. C’est à cette époque qu’a débuté la réflexion sur la pensée des Lumières[1]. Il est à noter toutefois que les valeurs communes et modernes du concept de « Lumières », y compris celles de liberté, de démocratie, d’égalité, de science, de raison, de fraternité, de justice, de droits de l’homme et de personnalité, occupent toujours une place dans la société. Grâce à une société d’informations de plus en plus développée, l’influence de ces valeurs n’a cessé de s’étendre aux bases même de la société, offrant des réponses modernes à la société et au gouvernement. Renseignements politiques sur Internet, surveillance de l’Internet, telles sont les manifestations les plus récentes de la diffusion de la politique démocratique dans un monde d’informations. Du point de vue académique, bien qu’il y ait encore peu de discussions sur la pensée des Lumières, celles-ci n’est pas absente, et on trouve de temps à autre des articles et des conférences sur le sujet[2]. Notre texte, à partir d’un point de vue microscopique, se veut une enquête sur l’application de la pensée des Lumières dans l’histoire de la philosophie chinoise au XXe siècle, et non une description exhaustive de la propagation de la pensée des Lumières en Chine. Avec l’exemple de l’écriture de la philosophie des dynasties Ming et Qing de Hou Wailu et Xiao Shafu, on cherchera à décrire la situation de la pensée des Lumières dans la Chine d’aujourd’hui, pour tenter de faire connaître la diversité et la différence du concept des « Lumières » à l’échelle mondiale.

I – Théorie des premières pensées des Lumières en Chine proposée par Hou Wailu

C’est dans son œuvre Histoire des pensées chinoises modernes, publiée par la Librairie Sanyou de Chongqing en 1945, que l’on peut trouver le germe d’une pensée des Lumières en Chine[3]. Vu l’influence de la politique sur la scientificité de ses recherches, on se réfèrera uniquement aux quatrième et cinquième volumes de L’Histoire des pensées chinoises, dont il est le premier rédacteur, afin d’analyser ses idées sur « la première pensée des Lumières chinoises » ainsi que son attitude envers Dai Zhen et l’école de Qian Jia (la période située entre l’empereur Qianlong et l’empereur Jiaqing).

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11