Encore un effort pour civiliser le mariage !

Bruno Bernardi, 2013. – Si l’on chercherait en vain, au XVIIIe siècle, l’idée d’un mariage entre personnes du même sexe, ce dernier participe d’un processus de civilisation du droit dont les Lumières ont posé les principes – dynamique à laquelle le mariage oppose un point ultime de résistance, au nom d’une référence à la nature devenue hors-saison et d’une invocation des moeurs auxquels la modernité a retiré le pouvoir de prescrire les conduites. Lire la suite

La production discursive et normative autour du transsexualisme: du vrai sexe au vrai genre

Rafaela Cyrino, 2013. – Analysant discours médicaux et autobiographies d’individus transexuels, Raphaela Cyrino revient ici sur les premières formulations, dans le contexte nord américain des années 1950-70, du concept de genre : si celles-ci ont marqué une rupture avec le déterminisme biologique expliquant notre comportement sexuel, leurs fondements théoriques et empiriques ont continué d’accorder une importance fondamentale à la différence sexuelle. Du vrai sexe, gravé dans la vérité de la biologie et offert au regard du médecin, au vrai genre, comme expérience subjective et vérité intime, quelles continuités et quelles ruptures ? Lire la suite

Le livre imaginaire, ou comment oublier une leçon de Foucault

Diogo Sardinha, 2013. – Auteur d’Ordre et temps dans la philosophie de Foucault, Diogo Sardinha répond ici à la lecture récemment proposée de son ouvrage, et publiée en ligne, par Alain Brossat : poursuite de l’échange, avant la parution prochaine de ces textes dans la revue « Appareils » de la MSH-Paris Nord. Lire la suite

Anthropologie, philosophie, ethnographie. Contre-point et décentrement.

Michel Agier, 2012. – Que regardent les anthropologues et les philosophes quand ils se regardent ? En écho aux questions posées dans le n°75 de Rue Descartes, l’anthropologue Michel Agier propose ici de prendre appui sur la nécessité de redéfinir, dans l’horizon contemporain, la notion même de décentrement anthropologique, pour établir autour de celle-ci les conditions d’un dialogue entre les deux disciplines – dialogue dont l’oeuvre de Jean-Jacques Rousseau pourrait constituer l’un des creusets. Lire la suite

À propos de l’ouvrage d’Arnault Skornicki, L’économiste, la cour et la patrie : L’économie politique dans la France des Lumières.

Christian Laval, 2012. – La lecture ici proposée de l’ouvrage d’Arnaud Skornicki s’attarde sur trois dimensions de son travail : l’apport de ce livre à la question de la gouvernementalité ; une tension entre cette approche par la gouvernementalité et la référence à un humanisme commercial ; le rapport entre le gouvernement économique et l’anthropologie de l’homme économique. Lire la suite

« Crise grecque ». Ce qui arrive au nom grec.

Jean-Philippe Milet, 2012. – Un nom renvoie à plus d’un nom – à plus d’une constellation. « Nom grec », c’est ici une flèche vers : « crise grecque », « monnaie », « économie », « gouvernement », « gouvernementalité », « politique », « démocratie », « éthique ». En cette référence, quelque chose est déjà arrivé au nom grec, depuis longtemps et sans doute, avant même le passage du logos à la ratio, de la polis à la civitas et à l’Etat, de l’oikonomia à l’économie – à l’économie politique. Mais peut-être, quelque chose arrive-t-il, « aujourd’hui » – octobre 2012 – avec la «crise grecque» ; aujourd’hui, sur une séquence ouverte, pour le dire, là encore, sur un mode présomptif – depuis 2009. Lire la suite

Une conception de l’homme – Le problème de l’autonomie de la pensée

Patrick Juignet, 2012. – Comment concevoir un homme intégré dans le monde, tout en rendant compte de sa spécificité irréductible, sans céder à un naturalisme réductionniste ? On tente de décrire ici que, si l’être humain possède des capacités de raisonnement et de pensée qui lui donnent la possibilité d’instituer un ordre social et des relations interhumaines régulées, ces capacités se trouvent être fondées sur un niveau de complexification supérieur du système nerveux et sont donc consubstantielles à ce qui constitue l’être humain. Dans le même temps, il apparaît que le support de l’intelligence et la pensée est intimement imbriqué aux autres modes d’organisation existant chez l’individu, ce qui permet de concevoir l’être humain sans aucun dualisme. Lire la suite

Roumanie : main basse sur la culture.

Pierre-Philippe Jandin, 2012. – La série d’évictions et la reprise en main des instituts culturels roumains en France et dans le monde par la nouvelle équipe en place à Bucarest, atteste d’une volonté de faire primer une conception folklorique de l’identité nationale, qui doit alerter alors que la Roumanie est invitée d’honneur du prochain salon du Livre. Lire la suite

Critique de l’identité : un logicien croise la psychanalyse.

Monique David-Ménard, 2012. – L’ouvrage d’Ali Benmakhlouf, L’identité, une fable philosophique (PUF, 2009), conjoint des motifs habituellement disjoints, de l’étude logique des illusions dont se tissent les théories de l’identité à la philosophie du droit, à l’attention au corps et au conflit des cultures. Quelle unité de cette approche originale, et quels croisements avec la psychanalyse, entendu comme approche pratique et théorique des fonctions de l’imaginaire chez les hommes ? Lire la suite

Livres : la philosophie en débats, 2011-2012

Collectif, 2012 – Claude Romano, David Rabouin, Jean-Luc Nancy, Jean-Michel Rey, Marie Gaille, Frédéric Keck, Pierre Macherey, Nathalie Bulle, Gérard Jorland, Gérard Granel, Alain Badiou, Francine Markovits : à chacun de ces auteurs qui ont fait l’actualité philosophique, le Collège a consacré un débat ces derniers mois. Retrouvez, à l’écoute, cette sélection des « samedis du livre » du Collège 2011-2012. Lire la suite
  • Capture d’écran 2012-02-01 à 17.50.03