Conférence : Du livre de la nature à l’écriture des sciences.

Par Jean Dhombres, 2011. – L’écriture des sciences apparaît comme un point aveugle des courants dominants de l’épistémologie contemporaine (qu’ils soient analytiques, historicistes ou tournés vers l’acculturation sociale des savoirs). Quelle place faire à cette dimension décisive de la démarche scientifique ? Dans quelle mesure peut-on y reconnaître un vecteur d’invention spécifique ? Lire la suite

Ministère et mystère – notes sur L’Exercice de l’Etat, de Pierre Schoeller

Mathieu Potte-Bonneville (2012) – « C’est le ministre, dans l’équivoque même du terme, qui est peut-être le vrai problème, là où se situe réellement le rapport de la religion et de la politique », écrit Michel Foucault en 1978. Equivoque, le film de Pierre Schoeller l’est en plusieurs sens : par sa manière de croiser le gris des institutions et le rouge des corps malmenés, par sa façon de dramatiser l’exercice du pouvoir en l’évidant de ses enjeux les plus apparents. De la mise en scène de l’Etat à la critique philosophique de la liturgie politique, quels échos et quelles résonances ? Intervention au British Film Institute, dans le cadre des Philosophical Screens (London Graduate School / CIPh) Lire la suite

L’utopie, entre nature et politique

Frédéric Keck (2011). – Extrait du débat consacré, au CIPh, à l’ouvrage de Pierre Macherey, De l’Utopie ! (éd. « De l’Incidence », 2011). Si le discours utopique est un « roman de la nature », que manque-t-il à la nature pour qu’elle ne puisse exprimer sa puissance politique que dans des utopies ? Par l’écart dont elle témoigne entre la nature et le sauvage, par l’oscillation qui la parcourt entre libéralisme et colonialisme, l’histoire de l’utopie traverse les contradictions de la modernité. Lire la suite

L’utopie par-delà ses critiques

Mathieu Potte-Bonneville (2011). – Extrait du débat consacré, au CIPh, à l’ouvrage de Pierre Macherey, De l’Utopie ! (éd. « De l’Incidence », 2011). Si la réflexion critique contemporaine s’est longtemps défiée de l’utopie, la relecture des utopies classiques (de Thomas More à Fourier) pourrait bien renouveler ses gestes et ses mots d’ordre, interrogeant à nouveaux frais la place du négatif, le souci de l’immanence et l’attention politique aux détails. Lire la suite

L’émergence du représentationnel

Patrick Juignet (2011). – Comment rendre compte de ce niveau spécifique d’organisation que constitue, chez l’homme, l’ensemble des faits cognitifs et symboliques ? Une fois reconnue la manière dont la notion d’émergence permet d’envisager l’emboîtement de régions ontologiques différenciées, reste à parcourir et à ordonner les divers niveaux de description, dans une collaboration renouvelée entre sciences de l’homme et neurobiologie. Lire la suite

Sur la possibilité de la philosophie

Pierre Carrique (2011). – Objet du séminaire conduite au printemps 2011, le projet d’une phénoménologie de l’expérience onirique met à l’épreuve l’identification de la philosophie à l’exercice diurne d’une pensée pleinement éveillée, et supposée maîtresse d’elle-même. Comment relever le défi lancé par cette conjonction de sommeil et d’éveil qui provoque le rêve ? Lire la suite

Être son propre médecin : paradoxe, impossibilité ou idéal ?

Gilles Barroux (2011). – Être le médecin de soi-même relève d’une quête qui s’inscrit dans l’histoire des pratiques thérapeutiques depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Un tel projet pose des questions de nature scientifique, éthique et philosophique, occasionnant une étude approfondie de la thématique du soin. Est-ce le médecin ou bien le philosophe qui peut le mieux répondre à un projet qui apparaît tantôt comme un idéal de vie, tantôt comme une impossibilité médicale, souvent comme l’expression d’un paradoxe ? Autant d’interrogations qui portent sur le sens de l’acte de soigner et la relation complexe qui se tisse entre le malade et lui-même, le malade et le médecin, et le malade et la cité. Lire la suite

Démocratie et renouveau dans le monde arabe

Ali Benmakhlouf (2011). Réunissant une vingtaine de personnalités de renommée internationale, spécialistes du monde arabe, le forum organisé par l’UNESCO le 21 juin 2011 est revenu sur les révoltes qui embrasent la région. Synthèse des débats, par Ali Benmakhlouf, directeur de programme au CIPh et Professeur des universités (Paris 12). Lire la suite

La nouvelle économie politique des communs : apports et limites

Par Christian Laval (2011). – Si la « nouvelle économie politique des communs », dont l’une des représentantes les plus connues est Elinor Ostrom (prix Nobel d’économie 2009), met en lumière la dimension d’institution des pratiques du commun, elle demeure pour autant enfermée et tributaire des cadres de la pensée économique dominante. Lire la suite

Politiques de la désignation

Par Mathieu Potte-Bonneville (2011). – Désigner l’adversaire, se désigner soi-même : si ces gestes conditionnent l’intervention politique, ils ont profondément changé d’allure, à mesure que la logique de l’engagement a cédé le pas à d’autres modes d’inscription des individus dans l’espace public. Quelle politique des noms promouvoir, au présent ? Lire la suite
  • Capture d’écran 2012-02-01 à 17.50.03