Redécouvrir Henri Lefebvre

Vous consultez

Redécouvrir Henri Lefebvre

parThierry Paquotdu même auteur

Philosophe de l'urbain, professeur à l'IUP-Paris 12 et éditeur de la revue Urbanisme.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la ville et l'urbain, dont Terre urbaine. Cinq défis pour le devenir urbain de la planète (2007), Habiter, le propre de l'humain (collectif, 2007), La Folie des hauteurs. Pourquoi s?obstiner à construire des tours ? (2008) et Ghettos de riches. Tour du monde des enclaves résidentielles sécurisées (collectif, 2009).

1

Le « droit à la ville », voilà une formule choc, qui résonne comme un slogan et trouverait aisément sa place parmi les divers graffitis qui ornent les murs des villes. Au sein du vaste domaine juridique pourquoi ne pas délimiter un « droit à la ville », aux côtés d?un « droit de la mer », d?un « droit des forêts » ou d?un « droit des animaux » ? Pourtant, même en 1968, lorsqu?elle sert de titre à un ouvrage du philosophe marxiste Henri Lefebvre (1901-1991), longtemps membre du Parti communiste français (de 1928 à 1958, date de sa « suspension » ), mais rebelle à toute orthodoxie (lui préférait se dire « marxien » ) ? comme en témoigne son ?uvre abondante, diversifiée et particulièrement originale dans ses thèmes : la vie quotidienne, la ville, l'informatique, l'État, la consommation, les rythmes... ?, cette expression paraît surprenante, inusitée, provocatrice même. Avant de relire ce livre et d?en apprécier la portée, présentons rapidement l'auteur.

2

Né dans les Landes (Hagetmau) d?une mère béarnaise et d?un père breton, le jeune Henri Lefebvre cultive un certain romantisme qui ne le quittera guère, joue du piano, souhaite devenir ingénieur, mais finalement opte pour la philosophie. Avec un groupe d?amis (Pierre Morhange, Georges Friedmann, Georges Politzer, Norbert Guterman), il fonde la revue Philosophies (1924-1925), fréquente les surréalistes, participe à la revue L?Esprit (1926), commence à militer au Parti communiste (où il rencontre Paul Nizan), se fait chauffeur de taxi, a des enfants, devient professeur de philosophie au lycée (à Privas et à Montargis). Puis après la guerre, Henri Lefebvre est recruté par le CNRS. Nous sommes en 1948, il n?est pas reconduit en 1953-1954 et redevient professeur de lycée, puis est réintégré. Henri Lefebvre a déjà beaucoup publié lorsqu?il entre à l'université de Strasbourg en 1961 pour y enseigner la sociologie, avant d?être muté à l'université de Nanterre à la rentrée 1965. En effet, sa bibliographie est impressionnante: plus de vingt livres et des dizaines d?articles publiés principalement dans des revues communistes et par des maisons d?éditions liées au parti (excepté un texte refusé, Critique de la vie quotidienne, qui sort chez Grasset en 1947). On y trouve des textes politiques (Le Nationalisme contre les nations, Éditions sociales internationales, 1937 ; Hitler au pouvoir, bilan de cinq années de fascisme en Allemagne, Bureau d?éditions, 1938 ; La Somme et le reste, deux volumes, La Nef, 1959), des monographies (Descartes, éditions d?hier et d?aujourd?hui, 1947) ; Diderot, Les Éditeurs français réunis, 1949; Musset, l'Arche, 1955; Rabelais, Les Éditeurs français réunis, 1955) et des travaux de vulgarisation critiques (Le Matérialisme dialectique, Alcan, 1939; Le Marxisme, PUF, 1948, un « Que sais-je ? », traduit en une vingtaine de langues et dont le tirage pour la France dépassera les 300000 exemplaires en une trentaine d?années ? et l'excellent Problèmes actuels du marxisme, PUF, 1958).

3

Après avoir collecté une monumentale documentation sur toutes les paysanneries du monde et cru, comme la plupart des « progressistes », que la révolution prolétarienne devait s?accompagner d?une réforme agraire, d?une mécanisation du travail agricole et d?une collectivisation des terres, Henri Lefebvre se rend compte qu?une autre « révolution » s?effectue alors subrepticement, à l'échelle planétaire, la « révolution urbaine ». C?est avec le soutien du sociologue Georges Gurvitch (1894-1965) qu?il devient chargé de recherches au CNRS, où il enquête sur le monde rural, l'histoire des paysans, les formes de propriété et de coopération, la rente foncière et les effets de la modernisation. Il entreprend la rédaction d?un Traité de sociologie rurale, dont le manuscrit sera subtilisé dans sa voiture, et demeure à ce jour perdu. Il soutient un doctorat d?État, en 1954, sur les communautés rurales des Pyrénées, qui deviendra quelques années plus tard un ouvrage, La Vallée de Campan. Étude de sociologie rurale (PUF, 1963). Il va progressivement cesser ses investigations sur les paysans toscans, mexicains ou béarnais pour s?intéresser à l'urbanisation généralisée de toutes les sociétés dans tous les continents. Il s?investit non seulement dans l'histoire des villes, mais surtout dans la constitution de l'urbain. Son travail se trouve facilité par une forte demande d?études sur l'urbanisme qui émanent des institutions étatiques concernées. Il entraîne plusieurs de ses étudiants dans des enquêtes urbaines et contribue ainsi à l'essor de cette spécialité jusqu?ici principalement réservée aux géographes (Pierre George, Georges Chabot, Jacqueline Beaujeu-Garnier?) et à de rares anthropologues, comme Paul-Henry Chombart de Lauwe et son équipe. Dans la Revue Française de Sociologie, il publie « Les nouveaux ensembles urbains. Un cas concret : Lacq-Mourenx et les problèmes urbains de la nouvelle classe ouvrière » (1960, I, 1) et « Utopie expérimentale : pour un nouvel urbanisme » (1961, II, 3). Il consacre le septième prélude de son Introduction à la modernité (Minuit, 1962) à des « Notes sur la ville nouvelle » (avril 1960), publie ses « Propositions pour un nouvel urbanisme » (1966) dans L?Architecture d?aujourd?hui (n° 132, juin/juillet 1967), sa réflexion sur « Quartier et vie de quartier » dans la publication de l'Institut d?aménagement et d?urbanisme de la région parisienne (volume VII, 1967) et surtout préface L?Habitat pavillonnaire d?Henri Raymond, Nicole Haumont, Marie-Geneviève Raymond et Antoine Haumont (CRU, 1967). Il faudrait évoquer les nombreuses conférences qui jalonnent ces années soixante au cours desquelles il prépare le cadre conceptuel qu?il déploiera dans les six ouvrages qu?il consacrera à la question urbaine : Le Droit à la ville (Anthropos, 1968), Du rural à l'urbain (recueil d?articles, dont certains cités plus haut, Anthropos, 1970), La Révolution urbaine (Gallimard, 1970), La Pensée marxiste et la ville (Casterman, 1972), Espace et politique (Anthropos, 1973) et La Production de l'espace (Anthropos, 1974). Tous ont été traduits en plusieurs langues, dans la foulée de leur parution en France. Les éditions italiennes, espagnoles, japonaises, portugaises, coréennes et serbo-croates alimentent bien des débats nationaux sur l'urbanisme, la forme de la ville, la contestation urbaine, etc. Les traductions anglaises seront plus tardives.

4

Il n?existe pas de réelle mesure de l'impact de cette pensée sur les professionnels, les enseignants en architecture et en urbanisme, les étudiants, mais l'importante diffusion de ces essais laisse entendre qu?il a été puissant. Régulièrement, des témoignages de praticiens confirment cette impression, qui confient à quel point l'?uvre d?Henri Lefebvre les a accompagnés tant dans leurs études que dans leur vie professionnelle, au cours des années soixante-dix et quatre-vingt. L?on peut constater que les références à ses écrits sont moins fréquentes depuis une dizaine d?années en France, dans les travaux de fin d?année des étudiants en architecture ou dans les thèses de sciences humaines et sociales, alors qu?un pan de la géographie américaine s?en réclame, ainsi que de nombreux auteurs sud-américains et asiatiques. Là encore, manque une analyse sérieuse, comparative, quantitative et qualitative de la réception de son ?uvre.

5

Le Droit à la ville paraît en 1968 : c?est un court ouvrage de 166 pages, de quinze chapitres précédés d?un « Avertissement ». Certains textes ont déjà été publiés et d?autres seront repris et amplement développés par la suite (je songe ici au court chapitre « Aux alentours du point critique » qui nourrira La Révolution urbaine, par exemple), le titre a été suggéré par Nicole Beaurain, alors sa compagne et mère de leur fille, née en 1964. Dans ce texte rédigé en 1967 (centième anniversaire du Capital de Marx, précise-t-il), à l'écriture heurtée, parfois proche de l'oral et à d?autres moments plus théorique, dense, pas vraiment « coulante » et explicite ? c?est du reste l'avis de Monique Seyler, qui en rend compte dans Esprit, en décembre 1968, et note : « Cet essai, est, il faut bien le dire, assez difficile à lire. Tel Dieu dans le proverbe portugais, l'auteur écrit droit en lignes tortueuses. La pensée va, vient, repart, se fait elliptique et suppose le lecteur très informé. La forme est parfois obscure, mais aussi, souvent d?un brio auquel on ne résiste pas. » ? Henri Lefebvre retrace à grands traits l'épopée urbaine (visiblement en suivant de près Lewis Mumford, dont La Cité à travers l'histoire venait de paraître en français, au Seuil, en 1964), en insistant sur le couple « urbanisation/industrialisation ». Il questionne également une « métaphore pas claire », celle de « tissu urbain » qu?il rapproche (sans en dire plus, malheureusement) « du concept d?écosystème ». Il repère pour cette période deux formes d?habitat : « les pavillons et les ensembles ». Les premiers, malgré tout, offrent à leurs habitants une certaine marge de man?uvre dans « l'habiter » (notion encore floue, il ne distingue pas malheureusement « l'habiter » de « habiter » ), les seconds, boulonnent entièrement la « quotidienneté » des résidants. Les deux nourrissent contradictoirement les imaginaires des citadins. Le second chapitre rappelle que la philosophie est fille de la ville, que celle-ci s?oppose à la campagne, qu?elle est le lieu de la consommation et également du spectacle. Ensuite, il dénonce la médiocrité des connaissances sur la ville, évoque « l'homo urbanicus » (commettant une erreur de latin, car il convient de dire homo urbanus) et suggère de considérer l'urbanisme comme une « idéologie ». « Peut-être devrions nous ici, écrit-il avec une lumineuse perspicacité, introduire une distinction entre la ville, réalité présente, immédiate, donnée pratico-sensible, architecturale ? et d?autre part l'urbain, réalité sociale composée de rapports à concevoir, à construire ou reconstruire par la pensée. » Comme il se doute de l'importance de cet apport intuitif plus que conceptualisé, il précise : « La vie urbaine, la société urbaine, en un mot l'urbain ne peuvent se passer d?une base pratico-sensible, d?une morphologie. Ils l'ont ou ne l'ont pas. » D?où le chapitre suivant, titré « Continuités et discontinuités », qui insiste sur la diversité des formes urbaines et le conduit à définir la ville « comme projection de la société sur le terrain, c?est-à-dire non seulement sur le site sensible mais sur le plan spécifique, perçu et conçu par la pensée, qui détermine la ville et l'urbain. » Cette définition, à ses yeux provisoire et première, va devenir parole d?évangile pour de nombreux enseignants des écoles d?architecture issues de l'après-éclatement des Beaux-arts, dès la rentrée 1969, en une myriade d?unités pédagogiques d?architecture, futures écoles d?architecture. Il propose d?étudier la ville comme langage et aussi écriture, conseille de ne pas oublier les signes qu?elle manipule, les symboles qu?elle entretient, bref toute une sémiologie qu?il convient d?explorer. Il revient sur son constat dialectique (Henri Lefebvre ne reniera jamais son hégélianisme de jeunesse) : la résolution de l'opposition ville/campagne est l'avènement d?un troisième terme, l'urbain, qui à son tour sera secoué par une nouvelle contradiction, conduisant à son dépassement, et ainsi de suite. Il interroge : « La société urbaine se constituant sur les ruines de la ville, comment saisir les phénomènes dans leur ampleur, dans leurs contradictions multiples ? C?est là le point critique. La distinction des trois niveaux (processus global d?industrialisation et d?urbanisation ? société urbaine, plan spécifique de la ville ? modalités de l'habiter et modulations du quotidien dans l'urbain) tend à s?effacer, comme s?efface la distinction ville-campagne. Et cependant cette différence des trois niveaux s?impose plus que jamais pour éviter confusion et malentendus, pour combattre les stratégies qui trouvent dans cette conjoncture une occasion favorable en dissolvant l'urbain dans la planification industrielle ou/et dans l'habitation. »

Soudan, 29 avril 2007. Ville de Khartoum disparaissant sous le Haboob, gigantesque nuage de poussière de sable, STR/AFP Photographie.

© Terre Natale, Ailleurs commence ici, Fondation Cartier, 21.11.2008?15.3.2009.
6

Qu?est-ce donc que cet « urbain », qu?il nomme sans véritablement le circonscrire ? L?urbain, avoue-t-il, « est une forme mentale et sociale, celle de la simultanéité, du rassemblement, de la convergence, de la rencontre (plutôt des rencontres). C?est une qualité qui naît de quantités (espaces, objets, produits). C?est une différence ou plutôt un ensemble de différences. L?urbain contient le sens de la production industrielle, comme l'appropriation contient le sens de la domination technique sur la nature, celle-ci glissant dans l'absurde sans celle-là. C?est un champ de rapports comprenant notamment le rapport du temps (ou des temps : rythmes cycliques et durées linéaires) avec l'espace (ou les espaces : isotopies-hétérotopies). En tant que lieu du désir et lien des temps, l'urbain pourrait se présenter comme le signifiant dont nous cherchons en cet instant les signifiés (c?est-à-dire les ?réalités? pratico-sensibles qui permettraient de le réaliser dans l'espace, avec une base morphologique et matérielle adéquate). » Il est donc encore potentiel, virtuel, possible, mais réel. C?est lui qui, au creux de la ville, annonce l'après-ville. Et comme la ville n?est pas seulement un langage, mais principalement une pratique avec l'urbain, il faut s?attendre à de nouvelles pratiques, à de nouvelles sociabilités, y compris le fait de ne pouvoir en générer, à cause de l'exclusion, qu?il présente sous ses trois aspects, spontanée, volontaire ou programmée. Henri Lefebvre en vient à regretter la totale absence d?une « science analytique de la ville », de même qu?il dénonce la sous-estimation de l'art par les planificateurs, les promoteurs et la majorité des habitants (« l'art apporte à la réalisation de la société urbaine sa longue méditation sur la vie comme drame et jouissance. » ) Enfin, il en arrive au pourquoi de son essai critique et programmatique : « Le droit à la ville ne peut se concevoir comme un simple droit de visite ou de retour vers les villes traditionnelles. Il ne peut se formuler comme droit à la vie urbaine, transformée, renouvelée. » Pas une seule fois, il ne mentionne les « droits urbains » que réclamait Jean Giraudoux au nom de Ligue urbaine et rurale au début des années trente.

7

Henri Lefebvre perçoit bien ce qu?il appellera plus tard la révolution urbaine et sent qu?il est indispensable de penser l'urbain, de rompre avec la pratique bureaucratique d?aménagement de la ville pour fonder un urbanisme expérimental, combinant une analyse des phénomènes inédits liés à l'affirmation de l'urbain et un droit, c?est-à-dire une légitime revendication d?un mode de vie transfigurant la quotidienneté urbaine. Il n?en dira pas plus. Il poursuivra, bien plus tard, sa réflexion philosophique sur la notion, ô combien polysémique, d?« espace » et sur la rythmanalyse dans le contexte urbain. Au cours des années soixante-dix de nombreux mouvements sociaux s?empareront des thèmes extérieurs au monde du travail, à l'usine, sa hiérarchie, sa rémunération, comme le logement, les transports publics, la ville. L?idée que pour « changer la vie » il faille « changer la ville » se propageait en lui associant un « droit à la ville », à doter d?un contenu. La fameuse « circulaire Guichard » qui annonce la fin des grands ensembles, en 1973, se réfère au droit à la ville et à la pensée d?Henri Lefebvre. Ce titre fait mouche, les professionnels, les élus, les syndicalistes, les militants du « cadre de vie », et bien d?autres citoyens, contestataires ou non, réclament un « droit à la ville », si imprécis que chacun peut y mettre ce qu?il désire. Finalement, ce « droit à la ville » est une exigence de beauté urbaine, de confort urbain, de bien-être environnemental, articulée à une demande forte en démocratie participative, en autogestion locale.

8

Le chapitre « Le droit à la ville », couvre une petite vingtaine de pages. Lefebvre y revient sur la question des « besoins », accuse les architectes d?imposer leur conception de la ville aux habitants, indépendamment des « significations perçues et vécues par ceux qui habitent » et préconise « un programme politique de réforme urbaine » et « des projets urbanistiques ». Si quinze ans auparavant, il n?envisageait pas la révolution sans régler « la question agraire », dorénavant c?est « la question urbaine » qui est au centre du processus de transformation de la société. Et, tout comme il signalait alors les formes d?auto-organisation paysannes (le mir russe, par exemple), il attend les « utopies » qui viendront subvertir les opérations urbaines technocratiques et s?afficheront comme des alternatives, ludiques et démocratiques (derrière la référence au jeu, il n?est pas possible de ne pas percevoir Constant et sa New Babylon et plus certainement les positions de l'Internationale Situationniste). « Les urbains, observe-t-il, transportent l'urbain avec eux, même s?ils n?apportent pas l'urbanité ! » Henri Lefebvre entend la montée en puissance d?un « droit à la nature » qui serait opposé au « droit à la ville », aussi affirme-t-il d?emblée que le « droit à la ville » doit se formuler comme « droit à la vie urbaine ». C?est dans le chapitre suivant, « Perspective ou prospective ? », qu?il tente de définir le « droit à la ville » en écrivant : « Le droit à la ville se manifeste comme forme supérieure des droits : droit à la liberté, à l'individualisation dans la socialisation, à l'habitat et à l'habiter. Le droit à l'?uvre (à l'activité participante) et le droit à l'appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s?impliquent dans le droit à la ville. »

9

L?essai se clôt par douze « thèses sur la ville, l'urbain et l'urbanisme », dont la septième, que je reproduis intégralement : « 7. Dans des conditions difficiles, au sein de cette société qui ne peut complètement s?y opposer et cependant leur barre la route, se fraient leur chemin des droits, qui définissent la civilisation (dans, mais souvent contre la société ? par mais souvent contre la ?culture?). Ces droits mal reconnus deviennent peu à peu coutumiers avant de s?inscrire dans les codes formalisés. Ils changeraient la réalité s?ils entraient dans la pratique sociale : droit au travail, à l'instruction, à l'éducation, à la santé, au logement, aux loisirs, à la vie. Parmi ces droits en formation figure le droit à la ville (non pas à la ville ancienne mais à la vie urbaine, à la centralité rénovée, aux lieux de rencontres et d?échanges, aux rythmes de vie et emplois du temps permettant l'usage plein et entier de ces moments et lieux, etc.). La proclamation et la réalisation de la vie urbaine comme règne de l'usage (de l'échange et de la rencontre dégagée de la valeur d?échange) réclament la maîtrise de l'économique (de la valeur d?échange, du marché et de la marchandise) et s?inscrivent par conséquent dans les perspectives de la révolution sous hégémonie de la classe ouvrière. » Il serait facile pour celles et ceux qui sont habitués de l'?uvre d?Henri Lefebvre, de lister les thèmes qu?il va, par la suite, approfondir, et ceux qu?il a déjà traités. Tout comme d?ajouter les noms des auteurs lus ou rencontrés, je pense en particulier à Bernard Charbonneau, qu?il cite peu mais avec lequel il aime discuter, à Navarrenx. Bernard Charbonneau, qui alors rédige son remarquable essai, Le Jardin de Babylone (Gallimard, 1969) et s?interroge justement sur les « besoins », la « consommation », les « loisirs », l'urbanisation planétaire et surtout « l'échec du sentiment de la nature » Tous les deux, et quelques autres, dénoncent la croissance pour la croissance (avant la publication des réflexions du Club de Rome), Henri Lefebvre parle de « l'orienter », tandis que Bernard Charbonneau, plus radical, appelle à rompre avec le productivisme dévastateur de la nature et, à terme, assassin des jardins de la Terre?

10

Quarante ans plus tard, le droit à la ville, et j?ajouterais, à l'urbain, attend ses attendus, sa législation, ses décrets d?application, son insertion dans la vie de chacun. Plus que jamais, il demeure actuel, mais exige d?être plus précis et davantage argumenté. En quarante ans, les megalopolis se sont multipliées, les inégalités territoriales accrues, les murs et autres clôtures édifiés sans s?interroger sur l'en-commun, l'automobilisation ne cesse de se généraliser, le pillage des ressources non-renouvelables s?accélère, la demeure des humains devient inhabitable, etc. L?urbain est encore porteur d?un idéal civilisationnel, mais pour combien de temps et aux yeux de qui ? Le « droit à la ville » sera-t-il un déclencheur de rêves ? Un mobilisateur politique ? Un conscientisateur plaçant la préoccupation environnementale au c?ur de nos actions ? Un point est acquis, le « droit à la ville » n?est plus un droit, c?est un devoir !